Díaz cherchera des indépendants qui déplaceront Podemos des premières positions sur les listes

SUIVRE

Le mauvais comportement des politiciens et les conflits partisans sont deux des principaux problèmes du pays pour les Espagnols. C'est ainsi que ressort le baromètre de février du Centre de recherches sociologiques (CIS). C'est précisément cette date de désaffection qui a poussé Yolanda Díaz à prendre l'espace de United We Can, qui connaît aujourd'hui un revers évident, pour l'agrandir pour transformer l'abstentionniste en un électeur "excité".

Le vice-président recherchera des profils indépendants lors du "processus d'écoute" pour diriger les candidatures à son projet, comme l'a appris ABC, ce qui signifie en pratique qu'il y a des représentants directs de Podemos qui seront déplacés des postes de direction. C'est la formule de son équipe pour mobiliser cet électorat mécontent. Les

La semaine dernière, Díaz l'a déjà soulevé : les citoyens seront « protagonistes » et les partis, y compris elle-même, « secondaires », « un canal ».

Il s'agit d'intégrer dans les postes de départ des profils avec projection et poids parmi des professionnels de différents secteurs, des syndicalistes, des porte-parole d'associations et de la société civile, et d'autres spécialistes. Dans son environnement, ils s'étonnent que la ministre du Travail ait également de bonnes évaluations incluses dans une partie de l'électeur des citoyens.

Ils espèrent que son bilan de négociations et d'accords menés depuis qu'il est au gouvernement servira à approcher des secteurs sur lesquels Podemos a traditionnellement renié, par exemple ; l'entreprenariat

Agit dans la phase « écoute »

L'environnement de Díaz insiste sur le fait qu'il n'y aura pas de phobies : "C'est un projet transversal." Il a également déclaré qu'ils n'avaient pas essayé de reconstruire Podemos, mais de configurer un "nouveau projet qui passionne" ; comment décrire la vice-présidente elle-même : "Large, innovante, moderne, démocratique, différente...", et qui offre un "horizon d'espoir". C'est le plan que son équipe de confiance a élaboré pour cette année et qu'il commencera à prendre avec le soi-disant "processus d'écoute" dans quelques semaines. Il s'agit d'une tournée à travers l'Espagne qui, selon eux, durera environ six mois et dont l'objectif est de tester quels soutiens ils recueillent et quels profils sont prêts à rejoindre leur projet. Sources of Work a expliqué au Congrès il y a quelques jours que les actes seront « très polyvalents » ; d'exposés, de colloques, de conférences. Ils ont même plaisanté dans la cour de la Chambre basse en disant qu'ils ne devraient pas être fermés pour avoir un concert.

Les élections en Castille-et-León et la réforme du travail ont retardé le début de cette phase, mais son équipe sait déjà que la « tournée » commencera entre la fin mars et la première quinzaine d'avril. Deux clés importantes pour noter la date : ils ne veulent pas entrer dans le mois d'août avec cela, ni coïncider avec le début du congrès extraordinaire du PP qui élira un nouveau président. Une fois ce premier stade terminé, ils expliquent que ce sera lorsque Díaz pèsera si le résultat l'a convaincu de mener la plateforme comme candidat à la présidentielle en se présentant aux élections générales fin 2023. Ils n'envisagent pas que le président de la Le gouvernement, Pedro Sánchez, les avance, afin qu'ils soient à l'aise d'avoir au moins un an et demi de marge pour bien développer cette entreprise. Pour l'instant, la vice-présidente insiste sur le fait qu'elle n'est encore candidate à rien.

Proéminence et dissimulation

L'intégration de Más País, Compromís et Equo est un aspect important, mais il est précisé que ce n'est pas l'objectif final. Díaz voit United We can déjà amorti. Une plantation qui génère des tensions internes depuis des mois. Bien que le parti entende que leur avenir implique un rôle secondaire dans le projet Díaz, ils se battront pour avoir le plus grand rôle possible. Pablo Iglesias, loin de la politique, ne manque pas l'occasion d'en faire pression sur le vice-président.